Du retard à rattraper

Je suis Charlie

Je suis Charlie

Alors que nous vivons des jours assombris par les actes odieux de groupuscules extrémistes intolérants, je reprends du service, je retrouve mon clavier chéri. Depuis mercredi, je vis avec les larmes au bord des yeux, j’ai la gorge nouée et du plomb dans l’estomac. Je ne lisais pas Charlie Hebdo, mais je connais de réputation le journal, et les grands noms qui le faisaient vivre. Je ne connais pas de policiers, mais je vis avec un réserviste de la Gendarmerie Nationale, et avec lui, ce sont des valeurs profondément citoyennes et républicaines que j’ai épousées. Je suis à quelques centaines de kilomètres de Paris et de ses horreurs, mais c’est tout le territoire qui a été touché, toute une nation, tout un peuple, c’est le monde entier en fait. Lire la suite