Du retard à rattraper

Je suis Charlie

Je suis Charlie

Alors que nous vivons des jours assombris par les actes odieux de groupuscules extrémistes intolérants, je reprends du service, je retrouve mon clavier chéri. Depuis mercredi, je vis avec les larmes au bord des yeux, j’ai la gorge nouée et du plomb dans l’estomac. Je ne lisais pas Charlie Hebdo, mais je connais de réputation le journal, et les grands noms qui le faisaient vivre. Je ne connais pas de policiers, mais je vis avec un réserviste de la Gendarmerie Nationale, et avec lui, ce sont des valeurs profondément citoyennes et républicaines que j’ai épousées. Je suis à quelques centaines de kilomètres de Paris et de ses horreurs, mais c’est tout le territoire qui a été touché, toute une nation, tout un peuple, c’est le monde entier en fait. Lire la suite

L’anniversaire de Chouquette

En vrai y'avait pas de bougie, mais bon...

En vrai y’avait pas de bougie, mais bon…

Ça n’a peut-être pas échappé à certains d’entre vous, qui nous connaissent, ou qui nous suivent via les réseaux sociaux. Ou aussi parce qu’il y a un petit compteur dans la colonne de droite… Nous avons fêté jeudi le premier anniversaire de Chouquette.

Ce premier anniversaire m’a fait réaliser, cette fois encore, que plus on vieillit, plus les années passent vite. Mais finalement, le plus dur ce n’est pas de dire « Joyeux anniversaire ma chéééééériiiiiie » à la petite bonne femme en couche qui se dandine sur le carrelage de la salle de bain. Ce sont tous les « à côté ». Lire la suite

Les listes au Père Noël des P’tits Choux

Plus qu'à faire les emballages, on est presque prêts !

Plus qu’à faire les emballages, on est presque prêts !

Allez, à J-10 de l’ouverture des cadeaux, voici le listing de ce que nous avons dégoté pour nos mouflets. On avait dit : pas de super héros. Puis on a un peu craqué quand même… On avait aussi dit qu’on ne tomberait pas dans la rositude pour Chouquette. Bref. On a feuilleté les catalogues, dans lesquels Chouchou avait entouré la moitié des jouets (parmi lesquels un poney à paillettes, pourquoi pas ?), et finalement c’est sans aucune idée précise que nous nous sommes pointés dans un bon gros magasin de jouets, un midi en semaine, pour être sûrs d’avoir un maximum de choix sans avoir se confronter à une horde de parents hystériques, dont les cernes n’égalent que la grandeur de leur désarroi face à l’épreuve inévitable des cadeaux de Noël. Lire la suite