L’alimentation des petits Choux

La tomate : pêché mignon de Chouchou !

La tomate : pêché mignon de Chouchou ! – from Pixabay

On a déjà parlé récemment de notre changement de rythme à la maison, notamment à cause de la fatigue et du fait que Chouchou ne se nourrissait plus correctement, au point de sauter le dîner quasiment tous les soirs, et de perdre 1 kilo depuis la rentrée des classes. Vous pourrez aussi retrouver quelques recettes de purée que nous faisons nous-mêmes (si si, Papa Choux fait les purées aussi !) pour les petits Choux à partir de 6 mois (ou un peu plus selon si vous mettez de la viande ou non). Ce soir je voulais surtout faire un état des lieux de l’alimentation des enfants, des choses que j’ai pu faire quand ils étaient plus petits, et j’attends aussi vos retours d’expérience, car comme toutes les mamans, parfois je suis un peu larguée et échanger ne me fera pas de mal !

Les repas de Chouchou

  • Equilibrer les repas au maximum : disons que d’office, si Chouchou mange un fromage, il aura une compote, pas un yaourt. S’il ne mange pas de légumes, il aura une compote aussi. Et comme j’ai le menu de la cantine – qui est super top soit dit en passant – j’essaie d’adapter par rapport à ce qu’il a mangé le midi, pour éviter la surcharge de féculents dans une même journée.
  • Au petit déjeuner : un féculent + un verre de jus de fruit + un laitage. Dans sa nouvelle école, ils distribuent des briques de lait le matin, donc il n’en prend plus à la maison. Et pour le féculent, j’avoue que les briochettes au pépites de chocolat, même si elles ne sont pas les plus saines, sont ses préférées.
  • Au goûter : très souvent, on s’en tient à un Prince au chocolat + 1 verre d’eau. Hé oui, en dînant à 18h15, hors de question de goûter plus que ça en rentrant à 17h. Il n’y a que le mercredi et le week-end ou les goûters sont plus copieux, et encore…
  • Les aliments tolérés de façon très mesurée : les bonbons et les chocolats, les biscuits apéritifs, et les boissons gazeuses. Ça devient de plus en plus difficile de le freiner avec le temps, pas tant à la maison ou de toute façon nous ne consommons que très peu ce type de choses, mais surtout à l’extérieur, quand on est invitées… Mon gros choc le plus récent : dans son ancienne école, pour le goûter de Noël, ils ont proposé du cola aux enfants. La grosse blague; cela faisait presque 4 ans que Chouchou ne s’y intéressait même pas, et il est rentré en me réclamant du Coca comme à l’école. J’ai un peu halluciné que l’on puisse proposer ce type de boissons à l’école, en maternelle qui plus est. C’est moi qui suis rabat-joie ou bien ?

Bon, bien sûr on est pas infaillibles. Nous aussi on fait des écarts, on mange n’importe comment le week-end, on sort avec des amis et on le laisse manger des chips et ne rien manger à table… On est des humains, des parents, on est là aussi pour lui faire plaisir, et pas seulement le brider. L’apprentissage, à mon sens, passe aussi par l’expérimentation, et le laisser découvrir des choses par lui-même c’est bien aussi. Et le pire, c’est qu’il sait souvent se raisonner tout seul !

Chouquette miam

  • Matin : 240ml de lait avec chocolat en poudre + une tranche de brioche ou du pain ou des biscottes… ou ce que moi je mange en fait. Elle aime tout, elle adore le petit déjeuner, et comme elle a des dents, c’est la fête au petit déjeuner !
  • Midi : petit pot de purée faite maison (la plupart du temps, elle n’aime pas trop les autres de toute façon), un peu d’eau et un dessert lacté. Si il n’y a pas de viande dans son repas, je lui donne un fromage type Kiri ou Vache Qui Rit.
  • Goûter : une compote, un yaourt et un biscuit (boudoir, Prince au chocolat, Petit Lu…)
  • Soir : selon les humeurs de la demoiselle, biberon moitié lait/moitié soupe, ou une purée sans viande. Si elle prend une purée, elle a droit à un yaourt. Si elle prend un biberon mais n’a pas eu de goûter par exemple, elle a droit à un yaourt aussi.
  • Très souvent, notre grosse dormeuse est décalée et goûte en même temps que son frère, donc même traitement : un biscuit et ça suffit. Il arrive même souvent qu’elle ne le finisse pas, et au moins, je suis sûre qu’elle va manger convenablement arrivée à table.

Nous avons fait le choix, pour Chouchou comme pour Chouquette, de passer au lait de vache demi-écrémé à partir de 6 mois. A chaque fois, on m’a fait quelques réflexions sur le fait que je ne prends pas de produits Bio, que les vaches qui produisent le lait sont bourrées d’antibiotiques que je refile donc à mes enfants, ou sur le fait qu’ils allaient avoir des carences. J’entends bien tout cela, mais je constate deux choses : 1) à l’heure où la majorité des enfants que je connais me semblent être bien souvent malades, les miens ne le sont presque jamais, ou en tout cas rien de plus qu’un rhume. Ils sont en pleine santé, donc j’en déduis que ça va. 2) mes deux loupiots ont eu de gros soucis de régurgitation, j’ai dû acheter des laits infantiles spécifiques en pharmacie, et ces problèmes se sont arrêtés dès que je suis passée au lait de vache + diversification, à 6 mois…

Non au gavage

Nous avons essayé moults réactions à table face aux enfants qui piquent une crise, refusent de manger… Pour Chouchou nous avons résolu le problème : en étant moins fatigué, il dévore ! Enfin, il termine ses assiettes, et c’est énorme pour nous. Pour Chouquette, 13 mois et des poussières, le sujet est tout autre. La demoiselle commence à piquer des crises de colère devant son assiette, si elle aperçoit un dessert, elle hurle jusqu’à l’avoir. Si on ne mange pas comme elle ou si elle a tout simplement décidé de bouder son repas, c’est la misère. Les premiers temps, que ce soit pour le grand ou pour sa petite soeur, on a été assez désemparés face à ce refus de se nourrir. Que faire ? Les disputes terminent en pleurs, et le repas n’est pas mangé pour autant, ou alors à grands renfort de hauts-de-coeur. Et puis finalement, on s’est dit « un enfant ne se laisse pas mourir de faim ». Bon, ça aussi ça va un temps, quand ils boudent juste l’assiette, soit disant car ils n’aiment pas, si on ne force pas un peu, on y arrivera jamais… Bref, nous en avons tiré quelques conclusions :

  • On ne force plus à manger.
  • On ne prend jamais la cuillère à la place de Chouchou pour qu’il mange quand même.
  • On explique tout le contenu de l’assiette, on ne ment pas, et on invite même à venir préparer à manger avec nous.
  • On joue à la « part du chat » ou « une cuillère pour… », et le pire, c’est que ça marche.
  • On explique à quoi sert chaque aliment : la viande pour l’énergie et les muscles, les légumes pour bien grandir, l’eau pour s’hydrater, etc.
  • On ne propose jamais de plat de substitution : s’il n’en veulent pas, ils n’auront rien d’autre.
  • Pour Chouquette, on la laisse essayer de manger avec sa propre cuillère : ô miracle, elle ne fait presque plus de crise (merci à ma grande copine qui m’a rappelé que c’était par là que passait l’apprentissage, j’avais complètement oublié qu’on y était passés avec Chouchou, il y a trois ans).
  • S’ils veulent manger dans le désordre, grand bien leur fasse. Qui a décrété que le dessert se mangeait en dernier ? Pour Chouchou, il ne mélange pas par habitude, par convention, mais si Chouquette veut son yaourt en premier, pas de soucis. Et parfois, elle dégomme sa purée juste après, alors qu’en la proposant en premier elle la boudait complètement.

Et vous alors ? Des trucs et des astuces pour nourrir les enfants ? Des choses que vous assumez ou que vous regrettez ? Avez-vous été soumis à de nombreux jugements de votre entourage à cause de vos choix atypiques pour nourrir vos enfants ? (Evelyne Thomas, sort de ce corps.)

A bientôt !

Publicités

8 réflexions sur “L’alimentation des petits Choux

  1. mathilde dit :

    Moi j’ai des grands principes, en gros les mêmes que les tiens, mais j ‘ai envie de dire quand tu as des enfants tu fais ce que tu peux et pas ce que tu veux, donc je m’adapte bcp bcp bcp aux loulous, a quoi bon se prendre la tête à leur faire manger des légumes quand ils ne veulent pas ?

    J'aime

    • 123ptitschoux dit :

      Oui c’est ça, des « grands principes », après… advienne que pourra ! Mais il vaut mieux avoir des principes et faire des écarts de temps en temps, que de rester dans le flou artistique total à mon avis ! 😉 Toi aussi c’est la lutte des légumes ? Nous on gère les carottes, les tomates, les courgettes, les concombres… mais les poireaux par exemple, c’est la fin du monde on dirait !

      J'aime

      • Charlotte dit :

        Coucou, pour les poireaux je les fais cuire avec un peu de beurre et les étale sur une pâte garnie de crème fraîche, quelques bout de saumon fumé, du fromage de chèvre, gruyère, tour de magie, Loïs adore les poireaux !! 😉

        J'aime

      • 123ptitschoux dit :

        Ahah merci pour la recette que je vais garder pour moi 😛 j’ai essayé de dissimuler les poireaux de toutes les façons possibles, je crois que Chouchou n’aime vraiment pas le goût, il a failli vomir dans son assiette la dernière fois alors que je ne lui avait pas dit qu’il y en avait dans la quiche !

        J'aime

  2. poignant dit :

    Tout comme toi ma belle les repas avec Simon ont été une vraie torture lorsqu’il avait encore ses vomissements!! et puis on s’est rendu compte aussi qu’avec la fatigue il boudait son repas le soir, alors on a décidé de lui donné son repas quand il le demandait et non a « l’heure » soi-disant du repas!! quant aux préférences, Simon n’a jamais refusé ce que nous lui donnions!! enfin pour le moment ^^! le passage aux morceaux fut bien compliqué, il faisait des hauts de cœur jusque s’en faire vomir!! mais grâce à nounou qui lui fait goûter tout un tas de choses au repas avec elle le midi et bien sûr des choses non mixées (bah oui c’est toujours meilleur chez nounou qu’à la maison), nous sommes enfin parvenu à lui faire manger autre chose que de la purée! depuis 3 mois Simon est passé au lait « matin léger » de lactel donc du lait comme nous et il l’a très bien accepté! en ce qui concerne les biscuits apéro lorsque nous avons du monde à la maison ou que nous sommes invités, il est bien difficile de dire non à Simon qui adore les TUC lol, alors nous lui donnons son repas (purée+ yaourt) avant et ensuite nous lui donnons autant de tuc qu’il le désire (dans la limite du raisonnable, en général il se limite à deux)!! bref voilà ma petite histoire pour le repas de notre titi!! bisous bisous

    J'aime

    • 123ptitschoux dit :

      Merci pour ce partage d’expérience! Nous les morceaux c’est la galère, c’est vrai que j’ai oublié de parler de ça aussi… à part le vermicelle dans la purée, Chouquette refuse même le riz bien cuit… alors qu’elle mange des biscottes!

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s